samedi 15 septembre 2012

reconduite à la fontière

Les plantes exotiques provoquent parfois des discours étonnants : petit florilège illustrée en fiction filmée autour de la vergerette du Canada
mot de passe sur vimeo : acclimatation


vendredi 8 juin 2012

jeudi 9 février 2012

bonpland


video
Aimé Bonpland, botaniste né à La Rochelle à la fin du 18ème siècle est mort en Argentine en 1858. 
Cet homme s’occupa un temps des serres de la Malmaison et nuance un peu le schéma habituel des explorateurs triomphants.
Acclimateur hors pair de plantes pour Joséphine, il s’est exilé en Argentine et a eu une vie romanesque. Il n’est jamais revenu en France et a contribué au développement de l’agriculture, notamment du maté, dans la région de Corrientes.
En reprenant ses carnets et notes botaniques du 19ème siècle, je suis est retournée fin 2011 sur des lieux qu’il a traversé ou investi et a filmé les transformations du paysage, interrogé des descendants et des spécialistes de ses itinéraires. Un portrait en creux, actuellement en cours de montage, qui dessine nos attitudes contemporaines.

mardi 24 janvier 2012

A lire

et aussi

et dans le marais

A la galerie Martine et Thibault de la Châtre, hybrides véhicules

la serre est ouverte





La Chimère au Sphinx, la tentation de Saint Antoine, Gustave Flaubert

Moi, je suis légère et joyeuse ! Je découvre aux hommes des perspectives éblouissantes 
avec des paradis dans les nuages et des félicités lointaines.
Je leur verse à l’âme les éternelles démences, projets de bonheur, plans d’avenir, rêves de gloire, 
et les serments d’amour et les résolutions vertueuses.
Je pousse aux périlleux voyages et aux grandes entreprises. J’ai ciselé avec mes pattes les merveilles des architectures. C’est moi qui ai suspendu les clochettes au tombeau de Porsenna, 
et entouré d’un mur d’orichalque les quais de l’Atlantide.
Je cherche des parfums nouveaux, des fleurs plus larges, des plaisirs inéprouvés. 
Si j’aperçois quelque part un homme dont l’esprit repose dans la sagesse, je tombe dessus, et je l’étrangle.

lundi 2 janvier 2012

explorateurs






les tenues d'explorateur
A mi-chemin entre camouflage et déguisement, 
ces tenues sont mises en scènes 
dans des espaces naturels domestiqués.
Elles révèlent l’étrangeté de l’assemblage géométrique des forêts bien alignées, 
l’orthodoxie des champs cultivés, les représentations du « naturel »

laboratoire


Avant le départ pour la Maréchalerie demain, l'atelier serre